/* Google Analytics ----------------------------------------------- */

Sunday, October 31, 2010

QWIKI: Futur of Search is HERE and its fantastic

I just received my login/password to QWIKI alpha version. The FUTURE of search is already here and it's QWIKI.
I tested on two personalities, Nicolas Sarkozy and Benoit Mandelbrot. The result is astonishing ...
I have the feeling to have seen an heard something different ... A complete new way of presenting the result of a search.
The concept here, is not the search feature, but more how to present the results of this search. QWIKI is able to create automatically a mini movie (like CNN news report) with voice and images. I suppose that in the future, user generated content and feedback will help improve it on some subjects.

This could revolutionalize how you will teach or learn in the future, and I can imagine, how a new wikipedia could be build with such a tool. The power of an encyclopedia presented like a movie. All mashuped automatically within in one unique interface.

Of course today Qwiki only speaks English ... Integrate this service with Google goggles or google translate and Google Voice and imagine where we can go ... ABSOLUTELY FANTASTIC.



Do you need to remember what is the Pythagore theorem about? Qwiki could also help ...


Oh... one more thing ... What about Steve?

 

My only one disappointment, QWIKI does not have an entry for me ...

Monday, October 25, 2010

Le web 2.0 met-il en péril nos Etats?

Le web 2.0 agit comme un virus puissant et rapide, modifiant l'ADN utilisé pour la construction et l'évolution de nos États.

L'émergence du "Moi" numérique tout puissant
Les technologies du Web 2.0 ont été utilisées pour replacer l'individu au Centre jusqu'à lui permettre de créer son monde (chacun devenant un petit Dieu). Cet individu va donc essayer par tous les moyens de satisfaire ses besoins réels actuels (voir la pyramide de Maslow) ou réels futurs (sa retraite, sa santé, etc.), voire numériques (tout le monde veut une télévision à écran plat, un accès Internet via le câble ou l'ADSL, un téléphone portable, un ordinateur, etc.).

Du "Moi" numérique au "Nous" numérique
L'individu n'aimant en général pas la solitude va alors chercher à créer ou à se joindre à des communautés d'individus (social network), puis à communiquer et échanger avec eux (Social Media). Il va alors pouvoir créer des liens (connect) avec des individus (Friends) et partager avec eux ce qu'il aime (Like), ce qu'il fait (Status sur le Wall), bref ce qu'il est (profil). On reconnait là les principes fondateurs de Facebook ...

Rien de bien nouveau me direz-vous si on se réfère à l'histoire du genre humain. La seule différence est que dans le cas du Web 2.0 l'espace, et le temps sont devenus des paramètres maitrisables. Il y a encore 10 ans, lorsqu'on créait une liste de diffusion, un serveur FTP ou un serveur Gopher, le principal problème était de le faire connaitre, mais aussi de permettre d'y accéder. Aujourd'hui, Internet est partout, les outils pour y accéder à n'importe quelle heure et de n'importe où sont variés et les gens sont formés. Les barrières naturelles à la création de communautés 2.0 sont donc levées.

Les communautés sont de deux types: ouvertes ou restreintes. En résumé, les deux cotés de la force, mais aussi le conflit de deux générations. Pour la génération Y, les communautés sont ouvertes, et on se doit de dire et montrer ce que l'on pense. Une nouvelle utopie est née, libertaire et dans le partage (un woodstock numérique généralisé à tous les contenus et ouvert au monde entier). Pour les générations précédentes les communautés restreintes sont plus agréables (moins de trolls, de spams) et souvent plus rémunératrices (site de rencontre, site commerciaux "privés" réservés aux membres cooptés). D'ailleurs Facebook a été construit en partie pour combattre le système de confrérie et de castes qui existait dans une grande école Américaine.

Ce sont donc bien deux visions qui s'affrontent: ceux qui se sont battus pour la CNIL et ceux qui adorent partager tout et tout le temps dans un esprit libertaire (y compris parfois ce qui est protégé par des droits d'auteur). Les pouvoirs publics sont dépassés et les solutions qu'il proposent se résument en trois points: surveillance des flux d'information (LOPPSI et HADOPI en France, échelon aux USA), filtrage (comme en chine) et répression (amendes, arrestation de blogueurs, etc.).

Ceci aura durablement comme effets néfastes de pousser ces communautés ouvertes à se fragmenter, se cacher (encryptions, localisation dans des paradis numériques, etc.) et à renforcer leur influence auprès des jeunes et des plus déterminés (la théorie du complot ou la lutte contre l'état).

De l'état à la nation
Nos états ne se sont pas construits en un jour. Ils sont le résultat de guerres féroces, de soubresauts de l'histoire et de la volonté et l'intelligence politique d'individus. Or les états, aujourd'hui ruinés ou sur-endettés (erreurs politiques et effets des crises économiques et énergétiques), ont perdu de leur superbe. Pire, dans de nombreux domaines, ils sont devenus impuissants (globalisation et inter-dépendance des économies et pouvoir des Marchés).

Les états se sont aussi engagés dans un transfert quasi inexorable des leurs fonctions et prérogatives (sauf les fonctions Régaliennes, bien que sur ce sujet cela dépende des états) vers les collectivités locales et régionales. L'idée était au départ d'éviter la concentration de tous les pouvoirs dans une partie du pays et dans les mains d'un groupe restreint de personnes. L'idée était aussi de valoriser la démocratie locale et ses besoins propres. Ce transfert couplée à la vague d'utilisation massive des technologies 2.0 agit ici comme un puissant accélérateur de destructions des bases civiques requises au sein des États.

Le risque est alors de passer d'un État à une nation (ou régions autonomes). Le sens moderne de nation est assez proche de celui de peuple, mais ajoute souvent l'idée de gouvernement (souhaité, autonome ou indépendant). Et l'individu, qui cherche avant tout à son confort personnel, sera de moins en moins enclin à se préoccuper des autres et considèrera l'État comme un boulet. Après l'enfant roi, l'administré roi, on se dirige vers le citoyen local roi. Le Maire devient alors LE personnage important (souvent sans trop de moyens avouons le), avant le conseiller régional, mais aussi le député (qui défend toujours sa région dont il est l'élu). Il doit répondre de plus en plus à tous les besoins de ses administrés (de la demande d'un appartement, jusqu'à la recherche d'emploi) et non plus s'occuper uniquement de la gestion de la ville.

On peut ainsi imaginer l'émergence de mon hôpital local, de mon fond de retraite locale, de mon école locale (ou on enseigne la langue régionale et les Metiers du coin), etc. Les gens iront donc habiter dans les meilleures régions, au détriment des autres. On risque de voir se renforcer les quartiers "ghettos", les villes "ghettos", mais aussi les régions "ghettos". Ils se renforceront dans l'espace (en se liant avec d'autres dans le monde, imaginez un Facebook dédiés aux habitants des ghettos urbains...) et dans le temps (en passant du virtuel au réel ou du réel au virtuel).

Le renforcement des régions entraine alors un effet Boomerang sur la reconnaissance par les individus du rôle et de la nécessité de l'État: la Belgique (coupée en deux), l'Espagne (avec ses régions qui veulent l'indépendance), l'Italie (coupée en deux entre le nord riche et le sud pauvre), la France (avec certaines de ses régions et territoires qui vont jusqu'à utiliser le terrorisme pour obtenir l'indépendance) en sont des exemples récents.

Une révolution 2.0?
Comme disait le Candide de Voltaire, "il faut cultiver son jardin". Mais que se passera-t'il quand des millions d'individus, qui ont désormais les moyens de se regrouper en communautés et d'échanger leurs points de vue et leur moyens (financiers et politiques), décideront de "cultiver eux même leurs jardins"? Une révolution 2.0 va-t'elle se propager dans le monde réel?

La révolution 2.0 a déjà commencée en France:
  • Une révolution par voies légales, car les électeurs aussi utilisent le Web 2.0.
  • Une révolution passive qui se caractérise de plus en plus par des actes de désobéissance civile.
  • Une révolution dans les mœurs et les familles dont on est loin de mesurer les effets.
  • Une révolution par la mobilité. Les jeunes et les immigrants formés n'hésiteront plus à partir la où se trouvent les meilleures emplois, mes meilleurs salaires et les meilleures perspectives de vie et de sécurité. Bref les meilleures communautés de vie.
  • Une révolution par la refonte des structures. Une réduction drastique du nombre de députés, de sénateurs et des strates de gouvernance locales (département, communes, region). Si on ne le fait pas, c'est la notion d'État même qui sera en danger.
  • Une révolution par une implication plus forte des citoyens. La France à déjà inventé un système qui a marché: les associations dites "loi de 1901" dites d'intérêt public. Segolène Royal a aussi prouvé qu'une démarche participative est appréciée des français.
  • Une révolution par la mise en place du service public 2.0. On peut d'ailleurs souligner le travail admirable réalisée par les service publics (le portail mon.service-public.fr et la capacité de le lier à d'autres sites d'états, proximamobile.fr qui promeut des applications mobiles gratuites, impots.gouv.fr pour le paiement des impots en ligne, ameli.fr pour la CPAM).
Néanmoins, il n'existe pas à ce jour à ma connaissance de propositions ou d'initiatives de l'État pour promouvoir et valoriser des communautés en France.

Conclusion

Plus les outils et les habitudes de vie renforcent les individualités et par extension leurs communautés, plus la tolérance et l'appartenance à un État, à une communauté d'histoire et de destin se délite. Que faudrait-il inventer pour contrebalancer ce mouvement? Comment empêcher de passer de communautés à communautarisme?
    Des pistes existent pour initier et mettre en œuvre la révolution 2.0. Pensez à soi, être actif et interagir en communauté dans son environnement local (réel ou virtuel), et demander à l'État une gestion transparente, contrôlée et précautionneuse des fonds nécessaires à son fonctionnement et rayonnement.

    My little local enterprise - the new evolution ...

    This post is commenting on the excellent post from Techcrunch, you can find here.

    Ubercab was a startup offering:
    • Request from Anywhere: Request a car from any mobile phone—text message, iPhone and Android apps.
    • Ride with Style and Convenience: Within minutes, a professional driver in a sleek black car will arrive curbside.
    • Hassle Free Payment: Automatically charged to your credit card on file, tip included.
    San Francisco Metro Transit Authority and the Public Utilities Commission required UberCab to cease their activity in San Francisco from October 20, 2010.

    AirBnB did experience more or less the same injunction from New York State. This startup gave the opportunity for any person to offer bedrooms in their private house. Too dangerous for the hotel industry?

    Crowdsourcing, user generated content and new web 2.0 technologies are transforming the travel industry. Innovative solutions enabling local point to point connections between local persons (sometimes non affiliated to any company) and travelers or people on the move is changing the way we think and act irremediably.

    If it works for connecting people (Facebook, linkedin, etc.), dating, goods (ebay is a good example), for place checking (gowalla, foursquare, scavngr, etc.) and advertising, does it mean that it should work for all other business domains?

    It seems that in North America and may be Europe it will not be the case. Travel industry, oil industry (create your own green oil for cars), energy (create your own energy), and music industry are fighting to avoid peer to peer paid transactions. The "man in the middle" does not want to be disintermediated. Of course, you can use Google Place, Facebook place, etc... But you need to be an officially registered "shop".

    From regulators, those peer to peer micro local non professional suppliers are risky (how to ensure safety and security?) and it's not easy to recover taxes back from them. The main problem here is: you have to pay for the service. If it's free (inviting somebody to sleep in your home or sharing a car for free) it's not an issue. But asking money for it is not acceptable ... Not yet ... Micropayment or local virtual credit (outside the monetary system) could change the game in the future ...

    That's also why France created the auto-entrepreneur professional status. It enables you to offer some services (strict listing is provided) and with a simplified tax system (all on Internet). So you're not really "somebody", you have a "shop" number and you could emit invoices. What is still regulated is the list of services you can offer.

    Some people are even going further by doing research outside the academic realm. And not always basic research ... Some are interested in genomic research or cold fusion ... And their labs could be located in the any big city, in an apartment. Frightening isn't it?

    The more technology will enable local (sometime instantaneous) communities to emerge and to be able to "exchange", the less people will care about the rest of the world and the official "shops". Local economy and local services are on the rise... and they want real "local" done by and for anybody.

    Heh, I just got an idea. May be I can launch a startup to rent my unused car ... or my old bike ... or let people from my area print on my laser printer? Why selling them if I can earn money by renting them? Simple ideas are sometimes very disruptive ... Especially, if million of people are following it. Crowdsourcing and/or user generated conted are the key enabler ... for new way of doing commerce.

    Google Instant - Etes vous Juif?

    En lisant le Télérama de cette semaine, j'ai été surpris de voir une étude réalisée sur les différents Google Instant. L'étude est assez simple, vous entrez le nom de personnes connues et vous regardez ce qui apparait comme termes liés.
    Celui qui se trouve en France a une curieuse particularité ...
    Pour la plupart des personnes connues sur lesquelles vous pouvez faire une recherche, le mot Juif apparait et cela même dans les cas les moins probables (comme pour Dominique de Villepin). Pour les femmes, surtout celles actives en politique, on trouve très souvent "lesbienne".
    Google instant comme outil d'étude sociologique? En tout cas révélateur de tendances ...

    Saturday, October 23, 2010

    It's may be time to buy an IPAD ... to my kids ...

    The iPad seems to be the perfect solution for kids. Not too big, not heavy, and with no mouse ...
    What changed everything for me are
    • the release of ArtRage. I bought previously a Bamboo Fun device from wacom. But even the pen is hard to manage for a small kid. With a finger everything is easier ...
    • the success of angryBird HD for iPad ....
    Christmas is coming ...

    Thursday, October 21, 2010

    Bittle - A FRENCH BI SAAS product based on Google App Engine

    I would like to introduce a French solution I just discovered today, offering BI in the cloud. More interestingly the solution is based on Google App Engine. Pricing seems very appealing.

    So, feel free to look at and test BITTLE: http://www.bittle-solutions.com/en
    The linkedin company link is :http://www.linkedin.com/company/bittle

    Let me know your thought about this product ...

    Saturday, October 16, 2010

    Wall street against Cleveland - a great movie

    This is a great movie to see ... It shows how a system was built on top of a good US government idea (make more people own their house, especially the one who can not afford to) with disastrous results.

    This movie shows the effect of subprime crisis on people leaving in Cleveland . The film begins by a short car drive in east Cleveland ("the ghetto of the ghetto") and shows an incredible world of empty and closed houses. Shadowland, used now by gangs ...

    The main reason for all that nightmare: people trying to have enough money to survive and using (and abusing) credit. They financed their lives with their house, the only thing they own. Once the whole system collapsed, they were alone with their debt.

    It is the story of a complex and uncontrolled system invented to earn money easily without any control or boundaries. How? By targeting a specific segment of the population and offering them to refinance their house mortgage. Of course, there was a price to pay: very high credit rate (8,5 % up to 15%). It is also the story of under-educated people trusting a guy with a tie and of people needing absolutely money. Some of them were abused by brokers selling them mortgages with an abusive interest rates and commission fees (sometimes illegal). Some were aware of the risk, but had no choice (credit or leave in the street).

    After this movie, you will keep in mind the faces of the actors playing their real life ... The cop crying, the excellent lawyers (the smile of the wall street banks defendant is awesome), the guy with the godfather's tee shirt, the incredible black women fighting to save its community and asking questions to Obama, and the frightened kids not knowing were they will  leave, away from their home. That's were the movie hurts. Real people, real face, real situation, and no solution.

    There's always a price to pay if you want people to leave in good conditions. The question is who will pay? Poor, elderly people can not "create" money by magic. So do we let them in the streets or do we try to help them (even if sometimes they can make mistakes). What if we (country, state, people) do not have enough money to help them anymore (due to unemployment, country debt, etc.)?

    This movie hurted my soul.

    Saturday, October 9, 2010

    Appdynamics, a new Performance and monitoting tool

    New on the market, they recently released the version 3 of their tool (see what's new here). I asked for users experience and they relayed it on the twitter channel (@AppDynamics). Cool ...

    Give it a try ... It's far less expensive than CA wily and better adapted to cloud deployments. Should be perfect for your test and UAT platform ...